De l’eau pour Arequipa

Culminant à 2 335 mètres, Arequipa est la 2e ville la plus peuplée du pays avec un million d’habitants. Située au pied du volcan Misti (5 825 mètres et toujours en activité), deux autres volcans complètent le paysage : le Chachani et le Pichu Pichu.

Avec une croissance de 8,5% en 2011, la région d’Arequipa est en plein essor économique.

Le tourisme est un secteur en développement. La ville est le point de départ pour le Canyon de Colca et possède le plus grand couvent du monde (2 km2). De nombreux visiteurs sont séduits par les lieux.

L’industrie minière et l’agriculture sont des secteurs d’activité prospères. Cette dernière a pu se développer grâce au support financier des autorités péruviennes.

Cependant la gestion de l’eau reste un enjeu majeur pour un développement durable de la province.

Le Pérou possède près de 4% des sources d’eau renouvelable annuelles de la planète mais son accessibilité reste compliquée. 98% se trouve dans la région amazonienne alors que la grande majorité de la population et de l’activité économique sont sur la côte ouest du pays.

Située dans une partie très aride du Pérou, Arequipa tire son eau de la fonte des neiges provenant de la cordillère des Andes. Néanmoins, la ville est victime de nombreuses sécheresses.

Une partie de la population ne possède pas l’eau courante, l’obligeant à s’approvisionner aux robinets publics.

Selon le président de Région Daniel Ballon, 400 000 personnes n’auraient pas accès à l’eau potable.

Le maïs cultivé dans la région d'Arequipa

Le maïs cultivé dans la région d’Arequipa (photo par G. Métais)

Certains responsables locaux mettent en avant le réchauffement climatique comme principale cause de cette pénurie d’eau. Des ingénieurs de l’Autorité Nationale de l’Eau péruvienne (Autoridad Nacional del Agua) souligne plutôt le manque d’investissement dans la construction d’infrastructures comme des barrages et l’entretien déplorable des installations existantes.

Des organisations non-gouvernementales interviennent. “Water for people” a mis en place un programme d’aide au Pérou dans trois régions dont celle d’Arequipa.

Leur rôle consiste à rapprocher et conseiller les acteurs publiques et privés afin d’améliorer les conditions sanitaires liées à l’eau.

Ils travaillent également sur des solutions durables de gestion de l’eau conciliant usages privé (habitant) et économique (activités agricole et minière).

Certains acteurs privés font preuve d’initiatives. À titre d’exemple, Cerro Verde Mine du groupe américain Phelps Dodge (entreprise minière) entretient une relation étroite avec les pouvoirs locaux et des projets sont à l’étude comme la construction de 2 nouveaux barrages.

Ils permettront un meilleur approvisionnement en eau pour la population. Ils fourniront une source d’eau supplémentaire pour l’agriculture et produiront de l’énergie pour la région (propos recueillis sur wikileaks).

Le programme national « De l’eau pour tous » de l’Agence de Protection Environnementale des USA investira 15 millions de dollars en 2012 dans la région d’Arequipa selon le ministre du Logement, de la Construction et des Affaires Sanitaires.

Pour finir, le maire Yamel Romero suggère d’investir dans des technologies de traitement de l’eau usagée.

Seule une action collective accompagnée de solutions alternatives au problème de l’eau s’avèrera efficace dans le temps.

Vous aimerez aussi

À vous