San Francisco, l’un des derniers bastions
de la culture japonaise aux USA.

Au cœur d’une vaste aire urbaine composée de plusieurs agglomérations (Oakland et San Jose), comprenant des territoires comme la « Silicon Valley » et les parcs nationaux et équipée d’un réseau de transport titanesque, San Francisco est le centre culturel, financier et historique de la mégalopole.

Terre d’immigration depuis la ruée vers l’or, des flux provenant du monde entier n’ont cessé d’alimenter la population de la ville. Ses minorités ethniques (asiatiques, hispaniques et africaines) se sont regroupées, au sein de l’organisation spatiale de San Francisco, sous forme de communauté : « Town ».

Situé dans le quartier de “Western addition”, “Japantown” était, au début du XXe siècle, un espace urbain dynamique caractérisé par une effervescence locale, de nombreux commerces et des services de proximité.

La position du Japon, lors de la Seconde guerre mondiale, a contraint les autorités américaines à intervenir, de nombreux résidents japonais se sont vus emprisonnés.

Quand le gouvernement américain les relâcha, 3 ans plus tard, la communauté japonaise se réinstalla dans son quartier. Lors de leur absence, une communauté afro avait intégré une partie des lieux, ne posant aucun problème majeur de cohabitation.

Les différents plans d’aménagement de la municipalité de San Francisco ont quelque peu bouleversé le décor urbain. Le quartier de “Western addition” s’est vu coupé en deux par une voie rapide reliant le centre économique de SF au quartier résidentiel de Richmond.

“Japantown” a, petit à petit, diminué de taille perdant, par la même occasion, une bonne partie de son dynamisme et de son identité.

Consciente des changements apportés au cadre de vie des habitants du quartier, la municipalité de San Francisco a décidé, en 2002, de mettre en place un programme d’aménagement “the Better Neighborhoods 2002 program” afin d’améliorer les conditions de vie de trois importantes zones de San Francisco.

Se basant sur l’identité des quartiers, ce plan a pour objectif de redéfinir les fonctions essentielles de ces espaces dans le fonctionnement général de la ville.

Japantown by night

Japantown by night (photo par Laurent Sansonetti)

« Western addition » est l’un des trois quartiers concernés par ce programme. Le projet met l’accent sur l’attractivité de « Japantown ».

Étant l’un des trois derniers bastions japonais du pays, il paraissait essentiel de préserver ce patrimoine historique et culturel au sein de la population américaine.

Cet espace attire les habitants de la ville mais également de la baie de San Francisco. Considéré comme le lieu de la culture japonaise, la population aime s’y divertir (manifestation culturelle), profiter des nombreux produits japonais et s’y restaurer.

Par conséquent, il est nécessaire d’encourager le maintien et l’installation de détaillants. Les institutions et services en place doivent véhiculer la culture et l’image du Japon au sein de la mégalopole.

Afin que ce quartier ne devienne pas uniquement un lieu de travail, la ville de San Francisco souhaite favoriser l’accès à des logements à des prix abordables.

Certains projets sont déjà en cours comme la réhabilitation du «Japan center», symbole de l’attache japonaise à Western Union.

Centre commercial spécialisé en produits japonais, il se composera de nombreux petits commerces. Dans le but de désenclaver le quartier, sa conception a été prévue de façon à être ouvert sur l’extérieur. Espace chaleureux et accueillant, il dynamisera l’activité commerciale et communautaire « Western addition ».

Au travers de ce programme urbain, l’exemple de « Japantown » nous montre comment la municipalité de San Francisco a utilisé une identité locale forte dans le but de revitaliser un espace de vie et de lui redonner toute l’attractivité qu’il pouvait avoir dans le passé.

1 commentaire

  1. Adrien - 04/09/2015 09:53

    Merci pour ce retour sur l’histoire, je ne savais pas du tout que San Francisco possédait une communauté japonaise aussi importante !

    Répondre

À vous