Au coeur du réseau férroviaire
pour le Machrek

La Jordanie occupe une position centrale pour les flux de marchandises et de personnes au sein du Machrek.

Son réseau ferroviaire est limité, se constituant essentiellement d’une ligne ancienne (Hedjaz) reliant la Syrie, et l’Arabie Saoudite et l’ARC (Aqaba Railway Corporation) destinée à acheminer le phosphate extrait des mines d’Ablad et Hassa à proximité du port d’Aqaba.

Le projet en cours prévoit l’agrandissement des voies ferrées et un allongement du réseau allant jusqu’à 1080 km.

Il reliera les principales zones économiques du pays : Aqaba, Amman, Zarka et Mafraq.

L’objectif est de moderniser le réseau en le dotant de meilleures infrastructures afin d’augmenter le transport de marchandises et de personnes. Des trains longs de 1500 à 3000 m circuleront à l’avenir.

Dans ce projet, le port d’Aqaba, unique ouverture maritime du pays, devient une priorité. L’actuelle ligne ferroviaire ne relie pas les mines de phosphate jusqu’au port. Afin que les 30 km de voies de chemin de fer manquantes, le transport est actuellement assuré par des camions, ne soient plus une contrainte, l’ARC sera prolongée.

L’investissement total pour la Jordanie s’élève à environ 4,3 milliards d’euros.

Nouveau projet ferroviaire en Jordanie

Nouveau projet ferroviaire.

Cependant, le projet ferroviaire jordanien n’est qu’un morceau du puzzle visant à doter la région du Machrek d’infrastructures de transport performantes dans le but de soutenir son développement économique.

Au nord, le pays a une frontière commune avec la Syrie. À l’est, elle communique directement avec l’Irak et l’Arabie Saoudite. À l’ouest, la Palestine et l’Israël forment le rideau méditerranéen. La Jordanie n’a pas de frontière directe avec l’Égypte mais en est très proche par le biais de la mer rouge au sud du pays.

La situation semblant revenir au calme en Irak, le pays entame une longue reconstruction. La liaison avec la Jordanie doit, à terme, devenir un axe principal dans l’acheminement de matériaux et marchandises. L’Arabie Saoudite est également soucieuse de cette relation économique avec la Jordanie concernant son approvisionnement en biens et denrées alimentaires.

En 2003, la Jordanie et les pays voisins ont signé un accord international sur le développement ferroviaire. La Jordanie doit prochainement intégrer à part entière l’organisation intergouvernementale pour les transports internationaux  ferroviaires (OTIF).

Bien que l’un des plus petits pays de la région, la Jordanie semble tirer profit de sa situation.

Projet ferroviaire dans la région du Machrek

Projet ferroviaire dans la région du Machrek

Par ailleurs, l’accompagnement de projet par des instances mondiales permet dans premier temps l’obtention de financement et un processus de décision plus rapide. C’est ainsi qu’Euromed Transport (instance européenne pour le développement du transport) travaille sur la création d’un réseau de transport ferroviaire performant dans la zone méditerranéenne et participe aux projets en cours dans le Machrek.

À vous